Bouger en ville : osez changer !

Pourquoi pas le vélo ou la marche pour aller au bureau ?Dans les grandes villes, à l’heure de pointe, on parvient plus rapidement à son objectif à vélo qu’en voiture. Et trouver un parking est souvent un enfer (coûteux !).
Ces arguments, parmi beaucoup d’autres, devraient nous inciter à réfléchir à nos modes de déplacements. Et, peut-être, à en changer.


Abandonner sa voiture, c’est bon pour la santé

Selon une étude britannique, les personnes qui ont abandonné leur voiture pour aller au boulot et qui ont opté pour la marche ou le vélo, ressentent une amélioration de leur bien-être psychologique, moins de stress et une plus grande capacité de concentration...

Depuis quelques années, les discours officiels, complétés par des mesures variées et destinées à repartager l’espace urbain entre les différents types de déplacements, encouragent sans ambiguïté les citoyens à délaisser la voiture, au moins autant que possible. Néanmoins, entre 2007 et 2011, le nombre de voitures particulières s’est accru de 7,1 % (15,8 % pour les motocycles) [1].

Oser le changement...

Le souci de l’environnement. Celui du temps perdu en voiture. De sa santé. La préoccupation de se bouger davantage... Bien des arguments peuvent nous inciter à revoir nos moyens de déplacements.
Reste à oser le changement, puis à choisir entre :

  • marche,
  • vélo,
  • trottinette,
  • co-voiturage,
  • véhicules partagés,
  • transports en commun...

Dans une ville comme Bruxelles, les habitants peuvent trouver un arrêt, au plus loin, à quelques centaines de mètres de leur domicile.

Saviez-vous ?
Selon une étude, les Bruxellois effectuent 25 % de leurs déplacements en voiture pour des distances inférieures à 1 kilomètre... Et 65 % pour des trajets de moins de 5 kilomètres, soit environ une heure de marche.

Une étude récente [2] montre aussi que le sentiment d’insécurité ressenti par les femmes influence leurs déplacements, avec des stratégies d’éviction d’endroits où elles préfèrent ne pas se rendre à pied. Pour elles, le moyen de transport le plus rassurant reste la voiture.Mais demain, peut-être...

Et pourquoi pas à vélo ?

Selon le Gracq, à Bruxelles, plusieurs mesures devraient être entreprises pour stimuler les déplacements à vélo :

  • améliorer la qualité de l’air, des routes, les infrastructures pour cyclistes,
  • augmenter le nombre de parkings sécurisés pour les 2 roues
  • lutter contre le vol des deux roues.

Pas à l’aise à vélo en ville ? Pensez au projet Bike Expérience de Pro Velo. Il s’agit d’une une action entièrement gratuite de mise en selle et de sensibilisation durant laquelle des cyclistes quotidiens - les Coachs - encadrent des cyclistes en devenir - les Bikers - sur un de leurs trajets réguliers.

Photo © Connel_design - Fotolia


MP3 - 3.6 Mo
ECOUTEZ LE PODCAST


"La santé pour mieux vivre : Les clubs de marche"
Observatoire de la santé du Hainaut