Cinq bonnes raisons (parmi d’autres) de lire "Le surpoids c’est dans la tête ou dans l’assiette ?"

Bien sûr, le dernier livre du Pr Jean-Michel Lecerf s’adresse aux personnes confrontées à des problèmes de kilos en trop. Mais plus encore peut-être à toutes les autres... Avec une série de messages qui font du bien.

Raison n°1 de lire "Le surpoids c’est dans la tête ou dans l’assiette ?" : ce livre ne parle pas des kilos en trop (ou pas que)

Le Pr Jean-Michel Lecerf (chef du service Nutrition et Activité physique à l’Institut Pasteur de Lille (France) est un malin. Il vous cueille là où vous ne l’attendez pas. On croyait lire un livre scientifique (ce que l’ouvrage est aussi) et voilà qu’il parle de bien autre chose. A-t-on déjà vu un spécialiste en nutrition dire, écrire et répéter que ce qui compte, ce n’est pas les kilos en trop mais de rechercher, avant tout, un bien-être psychologique et physique ? Bref : le message principal de ce livre, c’est : "Aimez-vous".

Raison n°2 : ce livre rend intelligent

A l’école du Pr Lecerf, on devient moins ignorants. Moins simplistes. Il ne juge pas, ne se moque pas des préjugés ou des idées fausses que nous traînons sur les problèmes de poids. Mais il les détricote en s’appuyant sur une série d’informations scientifiques. Ainsi, il montre à quel point les obésités, maladies hétérogènes, sont complexes (tout comme leurs traitements). Il explique aussi pourquoi elles sont transmissibles socialement et culturellement, ce qui change littéralement notre vision des choses. Bref, le message principal de ce livre, c’est : "Sortez de la culpabilité (ou de la culpabilisation), ne jugez-pas, comprenez".

Raison n°3 : ce livre est un "doudou"

Oui, manger est un plaisir, y compris social. Oui, nous avons "le droit" de tout manger, de cesser d’avoir peur des aliments, d’arrêter de compter les calories. Pour le Pr Lecerf, "les discours officiels sur les aliments gras et sucrés qui ne sont pas ’bons’ sont inaudibles et contreproductifs ". Quant aux discours diététiques, qui nous enjoignent de "nous régaler avec des aliments appauvris, allégés, peu caloriques (et pas toujours bons), ils n’ont pas davantage de sens", ajoute-t-il. Pour faire court, voilà enfin quelqu’un qui nous comprend. Ce qui vaut bien la peine d’écouter ses pistes pour retrouver, puis maintenir, une harmonie et une cohérence dans nos comportements alimentaires, sans oublier l’activité physique. Bref, le message principal de ce livre c’est : "Ayez confiance en vous".

Raison n°4 : ce livre est un thriller (ou presque)

Jugées, stigmatisées, culpabilisées au lieu d’être informées, accompagnées (y compris par les soignants souvent englués dans leurs erreurs, admet le Pr Lecerf) les personnes à risque de prendre du poids parviendront-elles à ne pas tomber dans les pièges qui les entourent ? En tout cas, elles vont apprendre dans cet ouvrage que tous les excès de poids ne sont pas forcément dangereux ou uniformément dangereux pour la santé. Mieux : comme l’assure le Pr Lecerf, "Une personne en surpoids modéré, active, stable, sans autre facteur de risque et qui se nourrit bien présentera moins de risque qu’un sujet mince, sédentaire et fumeur, par exemple." Et toc. "A moyen et long terme, 95 % des régimes sont des échecs, avec une reprise de poids souvent supérieure à la situation de départ", constate-t-il aussi. Re-toc. Alors, sortira-t-on des ornières où les kilos sont au centre de toute approche thérapeutique, interroge l’auteur ? Ou bien une réflexion sur nos comportements alimentaires et sur les moyens d’aimer la nourriture tout en évitant l’obésité va-t-elle changer la fin de l’intrigue ? Bref, le message principal de ce livre, c’est : "A la fin, les gentils peuvent gagner".

Raison n°5 : ce livre peut tout changer

"L’expérience nous montre qu’en termes de poids, il n’y a que 3 objectifs : ne pas nuire en aggravant (par des régimes intempestifs), ne plus grossir, c’est-à-dire maintenir son poids et, enfin, se contenter d’une perte de poids de 5 à 10%, ce qui améliore déjà considérablement la santé. Le plus souvent, tout ceci est atteignable", écrit le Pr Lecerf.

Oui, une fois l’obésité installée, la maladie sera presque irréversible. Oui, mieux vaut ne pas rêver inutilement à celui ou à celle qui ne nous ressemblera jamais. Mais cela n’empêche pas de faire de la diététique "un art de vivre", d’opter pour des solutions qui passent aussi par de petites choses, de viser la diversité alimentaire (gage de bonne santé) et la modération. Ce discours de vérité, est plus révolutionnaire qu’on ne l’imagine. En tout cas, il est loin d’être toujours celui que véhiculent sites et médias. Bref, le message principal de ce livre c’est : "Retombez sur terre, où il fait bon vivre".

Article rédigé par notre journaliste santé Pascale Gruber