L’école Saint-Augustin à Genval développe une méthode originale

Une direction d’école, épaulée par une association de parents organisée en commissions, s’est répartie les différentes tâches à accomplir dans l’école en saisissant les opportunités "parentales".

En effet, les parents ont des compétences professionnelles ou personnelles que l’école peut mettre à profit. Ainsi un parent-architecte est chargé de redéfinir le plan de stationnement du parking, un autre qui est chef-cuisinier, s’occupera donc de l’offre alimentaire. Ainsi les commissions sont nées : bâtiment, immersion en néerlandais, tradition, environnement… Certaines nécessitent quelques heures de travail seulement, alors que d’autres ont débuté il y a deux ans et ne sont pas prêtes d’être clôturées.

La commission alimentation saine

Celle visant à promouvoir de saines habitudes alimentaires en est un bon exemple. Voici deux ans, un parent (par ailleurs président d’Euro-toques, une association de défense des produits authentiques et du terroir), s’est rendu compte à la lecture de la grille des repas, que ceux-ci pourraient être plus équilibrés. L’association de parents a alors débuté plusieurs activités à destination directe des élèves. Ceux-ci ont bénéficié d’un atelier du goût basé sur la découverte des poissons. L’expérience fut appréciée mais sans causer de réels changements alimentaires.

Une technique originale

Un autre parent est alors venu avec le projet "Sapere" (Savoir et goûter), une asbl qui se revendique de la méthode développée en France par Jacques Puisais basée sur une approche des 5 sens de l’alimentation.

Cette méthode nécessite une petite formation de l’enseignant qui peut alors intégrer l’aspect organoleptique [1] des aliments transversalement dans les différentes matières vues en classe.

Ainsi, la pomme vient d’une région (la géographie), elle a des qualités (elle est cireuse, juteuse, acide… le français), elle se coupe en quartier (fractions- les mathématiques)…


Formation des enseignants

Trois enseignants des maternelles et primaires ont été formés à cette méthode à l’école Saint-Augustin. Des recherches scientifiques en France ont fait état, pour les élèves qui ont reçu les cours donnés selon cette méthode, d’un recul de la néophobie alimentaire, d’une amélioration du comportement et de la concentration en classe.

Ce projet est entouré, à Genval, d’incitants favorables comme :

  • la suppression des distributeurs de sodas,
  • la généralisation des collations-santé collectives en maternelle et de l’accès à l’eau,
  • l’organisation de conférences sur l’alimentation à destination des parents qui renforcent alors les actions du corps enseignant.

Et l’activité physique ?

Pour soulager les garderies et études et promouvoir le sport à l’école, l’association de parents a également mis en place une palette d’activités parascolaires. Diverses associations sportives et culturelles se déplacent à l’école pour assurer ces stages pour un prix raisonnable.

Ainsi les enfants peuvent choisir entre chant, cirque, arts plastiques, basket, bricolage, danse, football, psychomotricité, crosse canadienne, cuisine ou bien éveil musical.

Des activités, somme toute, très organoleptiques !

Mis à jour le 09/03/2016