Pourquoi encourager le sport à l’école ?

Des garçons jouant au basket Sur le papier tout le monde est d’accord : l’idéal serait de développer davantage l’éducation physique à l’école.
Des initiatives promeuvent cette politique. De là à être suffisantes... Du côté des "politiques", bien des raisons devraient encourager la pratique du sport et de l’activité physique dans le cadre de l’école.


Investir dans le sport à l’école

  • En effet, cette stratégie contribue à la santé de toute la (jeune) population, par exemple en combattant les risques d’obésité ou d’affections liées à la sédentarité.
  • Un autre argument plaide pour une introduction plus offensive de l’éducation physique à l’école : cette discipline augmenterait les performances scolaires, tout en améliorant les comportements de jeunes "mieux dans leur peau" (Lire l’article : "L’éducation physique c’est bon pour la réussite scolaire").
  • Encourageant l’exercice physique au sein des écoles, on contribue à changer l’image de celles-ci aux yeux des jeunes, ainsi que leur sentiment d’appartenance à l’établissement, ce qui peut influencer positivement leur persévérance scolaire et les protéger du décrochage.
  • Mais d’autres facteurs sont également susceptibles de sensibiliser les pouvoirs publics à cette problématique, dont celui de voir émerger de futurs champions.

"Peut mieux faire"

Diverses études le montrent [1] : lorsqu’enfants et jeunes ont intégré l’exercice physique à leur mode de vie, ils ont davantage de chance de devenir des adultes actifs.

Pourtant, en pratique, une étude européenne [2] montre que, chez nous, le temps consacré officiellement à l’éducation physique, en primaire comme en secondaire, reste relativement "modeste" par rapport à d’autres États : 7% du temps scolaire en primaire et 8 % en secondaire.

Bon à savoir
En février 2016, dans une lettre à la ministre de l’Éducation, les responsables universitaires (ULg, ULB, UCL) de la formation en éducation physique ont plaidé pour une revalorisation du nombre d’heures de pratique physique à l’école. Selon eux, les professeurs devraient devenir des "promoteurs de style de vie" et centrer leur travail sur "la préparation de citoyens responsables de leur corps pour le reste de leur vie." [3]

Trouver des partenariats sportifs

Des filles jouant au footballDiverses initiatives, émanant parfois des Communes, permettent cependant de faire entrer davantage l’exercice dans la vie des élèves.

Par exemple, grâce à des partenariats comme l’ADEPS avec l’opération "Mon club mon école" (subventions à la clé), un éducateur sportif peut proposer à l’école au minimum 20 heures de découverte et d’apprentissage d’un sport, durant les heures extrascolaires (pour les 8 à 14 ans).

De même, les centres ADEPS accueillent des mi-temps pédagogiques (en primaire) ou des séjours sportifs (en secondaire). Des possibilités de participation à l’achat de matériel sportif sont également possibles, ainsi que l’organisation de compétitions entre écoles.

Est-ce assez ?
Sans doute pas. Mais, après tout, rien n’empêche parents et enfants de faire à pied, en vélo ou à trottinette le trajet de l’école (de préférence sur des parcours aménagés) : voilà qui apportera déjà une contribution à l’édifice.

Photos © Monkey Business © Fotolia


MP3 - 5.2 Mo
ECOUTEZ LE PODCAST


"La santé pour mieux vivre : Jeunes et télévision."
Observatoire de la santé du Hainaut


Mis à jour le 29/02/2016